Aménagement boutique

Chez Bogato, une pâtisserie qui joue sur les codes de l'enfance

Chez Bogato est une pâtisserie située dans le 14e arrondissement de Paris, qui mise tout sur l’expérience ludique que vivent ses clients en achetant ses gâteaux. La créatrice de la boutique, Anaïs Olmer, vient d’un univers tout à fait différent… c’est justement son expérience de graphiste dans la publicité qui lui a donné l’idée de créer ses gâteaux aussi bons que beaux, avec une identité visuelle ancrée dans le régressif ludique.

La boutique joue sur les codes de l’enfance. « Pour ce qui est de la boutique, je voulais quelque chose pour les enfants qui se rapproche de l’univers de la cabane, de la fausse cuisine en bois, la dînette… », explique la créatrice de gâteaux à Lolita Lempicka, qui l’a nommé « Enchanteuse de la Semaine » en juin 2011.

Le nom de la pâtisserie lui-même ressemble à un balbutiement d’enfant, écrit, comme il se doit, avec les fautes d’orthographe digne d’un jeune cancre. En entrant dans l’atmosphère ultra-colorée, les clients peuvent choisir entre un sablé footballeur ou escarpin, ou bien opter pour un macaron en forme de fleur, dont le prix est inscrit sur un biscuit et non sur une banale étiquette. Pour poursuivre l’expérience, les clients peuvent s’attabler dans le coin salon de thé pour déguster confortablement leur pâtisserie avec une boisson chaude ou un jus de fruits bio. D’autres préféreront commander de gros gâteaux qui assument eux aussi leur design régressif.

Une bloggeuse raconte son émerveillement : « Quand on entre dans cet ancien pressing rénové de la rue Liancourt, on retombe littéralement en enfance. Ici, tout est mignon, naïf. La douceur et le calme qui emplissent les lieux nous rappellent un peu ces mercredis après-midi passés à faire des gâteaux, à profiter de la jeunesse, tout simplement. Sablés délicieusement régressifs prenant la forme de fantômes, de chouettes, de voitures, mais également financiers, gourmandises diverses… et pâtisseries ! La liste est longue, tout est tentant ! »

Contrairement aux pâtisseries haut de gamme qui jouent souvent sur l’esthétisme de leurs gâteaux jusqu’à en faire des œuvres d’art comestibles, Anaïs préfère la simplicité loufoque et décalée d’un l’univers enfantin, comme elle l’explique à Clara Magazine : « Dans la pâtisserie de haut niveau, le style est toujours pompeux, il s’apparente à de la joaillerie. Moi, ce qui me fait rire, c’est de mettre un lapin sur un cake à la carotte ou de concevoir un gâteau comme un cheeseburger. »

Pour poursuivre dans cet imaginaire enfantin, la créatrice organise aussi des ateliers cuisine pour les enfants comme pour les grands, ainsi que des enterrements de vie de jeune fille. Et les clients qui veulent jouer à la dinette peuvent repartir avec quelques-uns des ustensiles colorés qui sont en vente dans la boutique…

La clientèle du magasin est principalement féminine, et c’est pour toutes ces jeunes filles gourmandes et passionnées de la vie parisienne qu’Anaïs a décidé, en mai 2011, de créer une ligne de gâteaux-parfums, reprenant le design de flacons mythiques, en collaboration avec le magazine Grazia. Les ingrédients des gâteaux correspondent aux notes de tête des parfums ainsi réinventés.

Pourquoi cet ancrage dans les codes de l’enfance ? En premier lieu parce que le type de produits vendus s’y prête : les gâteaux évoquent des goûters de bambins, une douceur offerte lors d’une sortie en famille. Mais également parce qu’Anaïs Olmer pense que les Parisiens ont bien besoin d’une parenthèse gourmande, ludique et euphorisante… De quoi retrouver leur âme d’enfant au sortir d’une dure journée d’adulte !

 

Et si vous laissiez un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*